Les entreprises et commerces de Saint-Georges manquent cruellement de main-d’œuvre – Claude Morin

Le maire de Saint-Georges, Claude Morin, interpelle le député de Beauce-Sud à l’Assemblée nationale, Paul Busque, et le député fédéral de Beauce, Maxime Bernier, à travailler ensemble afin de trouver une solution aux besoins criants en matière de main-d’oeuvre sur le territoire de Saint-Georges.


Le maire de Ville de Saint-Georges, Claude Morin, interpelle le député de Beauce-Sud à l’Assemblée nationale, Paul Busque, et le député fédéral de Beauce, Maxime Bernier, à travailler ensemble afin de trouver une solution aux besoins criants en matière de main-d’œuvre sur le territoire de Saint-Georges.

Ville de Saint-Georges se réjouit de la nomination de M. Busque à titre d’adjoint parlementaire à la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade. Du même coup, nous souhaitons fortement que M. Busque fasse tout en son pouvoir pour aider les entreprises de notre milieu à trouver de la main-d’œuvre. Pour ce faire, Ville de Saint-Georges souhaite que M. Busque et M. Bernier s’allient et lancent une vaste offensive pour favoriser la venue de travailleurs. Il en va de la santé de notre économie.

« Au cours des dernières semaines, j’ai rencontré plusieurs femmes et hommes d’affaires de notre ville et je suis inquiet. Leur message est on ne peut plus clair. On manque cruellement de travailleurs. Les commerces se les arrachent. Il ne faudrait pas attendre que certaines entreprises reçoivent des offres de déménager leurs pénates dans des régions où la main-d’oeuvre abonde avant d’agir. La situation est préoccupante. Regardez et vous verrez bien. Il y a des panneaux et des affiches NOUS EMBAUCHONS partout », de lancer le maire de Ville de Saint-Georges.

« L’une des solutions est de faciliter la venue de travailleurs étrangers. Les entreprises font des efforts, mais la paperasse qui vient est si importante et coûteuse, qu’elle retarde et décourage certains entrepreneurs à utiliser cette voie. Nous demandons à nos deux députés de faire tout en leur pouvoir afin de remédier à la situation dès maintenant. Il faut passer à l’action et je suis prêt à apporter mon aide », de réitérer Claude Morin.

Précisons que le taux de chômage en Chaudière-Appalaches est actuellement de 2,9 %.

Publié dans Nouvelles
Bas de page